Mise à jour sur SOLAS et calcul de la VGM
Comme vous le savez peut-être, l'Organisation maritime internationale (l'"OMI") a modifié la Convention pour la sauvegarde de la vie humaine en mer ("SOLAS") afin d'exiger, comme condition de chargement à bord d'un navire, que chaque conteneur d'exportation ait d'abord une "masse brute vérifiée" (appelée "VGM") soumise par l'expéditeur. La VGM est simplement la somme du poids à vide du conteneur et du poids de la cargaison qu'il contient.

par | 4 avril 2016

1er avril 2016

À notre cher client,

Comme vous le savez peut-être, l'Organisation maritime internationale (l'"OMI") a modifié la Convention pour la sauvegarde de la vie humaine en mer ("SOLAS") afin d'exiger, comme condition de chargement à bord d'un navire, que chaque conteneur d'exportation ait d'abord une "masse brute vérifiée" (appelée "VGM") soumise par l'expéditeur. La VGM est simplement la somme du poids à vide du conteneur et du poids de la cargaison qu'il contient. L'exigence SOLAS entre en vigueur le 1er juillet 2016.

À l'approche de l'échéance du 1er juillet, SGL s'est efforcé d'aider ses clients à se mettre en conformité.

CALCUL DE LA VGM

Il existe deux méthodes autorisées pour calculer la VGM.

  1. La méthode n° 1 consiste à peser le conteneur après l'avoir emballé.
  2. La méthode n° 2 consiste à peser l'ensemble de la cargaison et du contenu (la masse des palettes, du fardage et des autres matériaux d'arrimage) du conteneur et à ajouter ces poids à la tare du conteneur telle qu'indiquée sur l'extrémité de la porte du conteneur, les poids estimés ne sont pas autorisés.

CONSEQUENCES OF FAILING TO SUBMIT A VGM

Les conséquences d'un manquement à l'obligation de fournir une VGM comprennent, mais ne sont pas nécessairement limitées à ce qui suit.

  1. Si la VGM d'un conteneur n'est pas soumise dans les délais, le conteneur n'est pas autorisé à être chargé à bord du navire.
  2. Même si un conteneur non soumis à la VGM est chargé par erreur à bord d'un navire, le port de transbordement ou les terminaux de livraison peuvent refuser de le traiter, ou le conteneur ou le navire peut être retenu ou retardé par les autorités locales.
  3. Si le terminal du port de chargement a adopté la politique "Pas de VGM, pas de porte d'entrée", un camionneur qui se présente à la porte avec un conteneur pour lequel aucune VGM n'a été soumise ne sera pas autorisé à entrer. Le client pourrait encourir les coûts suivants : un voyage aller-retour gaspillé si la porte d'entrée est refusée ; ou une longue attente pour que la VGM soit soumise.
  4. Même si le terminal autorise une entrée sans qu'une VGM ait déjà été soumise, des frais de déplacement supplémentaires pourraient être imposés au client si la VGM n'a pas été soumise lorsque le terminal doit finaliser le plan d'arrimage.
  5. Bien que les transporteurs ferroviaires aient adopté la position selon laquelle l'exigence de VGM n'affecte pas le transport ferroviaire, le client pourrait subir des coûts substantiels si un conteneur d'exportation IPI arrive au terminal avant la soumission de la VGM et que le terminal a une politique de " No VGM, No gate-in ".

Pour consulter l'article complet de l'OCEMA sur SOLAS, rendez-vous sur : http://www.ocema.org/

Pour consulter un résumé des exigences VGM de l'OMI, rendez-vous sur : http://www.worldshipping.org/industry-issues/safety/cargo-weight

SGL continuera à vous informer sur cette situation.

Regards,

Barbara Pupa

Vice-président, Logistique internationale

SUMISHO GLOBAL LOGISTICS (USA) CORPORATION

0 Commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment les données de vos commentaires sont traitées.

Dernières nouvelles :

Vous pouvez également aimer :

Entrée en vigueur du mandat ELD le 1er avril 2018

Entrée en vigueur du mandat ELD le 1er avril 2018

Le 1er avril 2018, le nouveau mandat relatif aux dispositifs de consignation électronique des données (ELD) pour les camionneurs sera pleinement mis en œuvre. Dans le passé, les camionneurs tenaient un registre papier des heures de conduite, mais ils sont désormais tenus d'utiliser l'ELD pour enregistrer ces heures.