Comment les surestaries et la détention ont-elles changé après la COVID-19 ?
Les surestaries et les frais de détention ont été une source de frustration et de litige pour de nombreux expéditeurs, intermédiaires et camionneurs, qui font souvent face à des frais déraisonnables ou excessifs en raison de facteurs indépendants de leur volonté, tels que la congestion portuaire, les pénuries de main-d’œuvre, les bris d’équipement, les perturbations météorologiques et, bien sûr, les pandémies mondiales. Ces frais peuvent s’élever à des milliers de dollars par [...]

par | 28 novembre 2023

Les surestaries et les frais de détention ont été une source de frustration et de litige pour de nombreux expéditeurs, intermédiaires et camionneurs, qui font souvent face à des frais déraisonnables ou excessifs en raison de facteurs indépendants de leur volonté, tels que la congestion portuaire, les pénuries de main-d’œuvre, les bris d’équipement, les perturbations météorologiques et, bien sûr, les pandémies mondiales. Ces frais peuvent s’élever à des milliers de dollars par conteneur, ce qui crée des fardeaux financiers et des inefficacités opérationnelles pour la chaîne d’approvisionnement.

Qu’est-ce que les surestaries et la détention ?

Les surestaries sont des frais imposés par les exploitants de terminaux maritimes (OTM) lorsque les conteneurs ne sont pas ramassés dans un délai précis. La détention est une accusation imposée pour l’utilisation d’un conteneur au-delà d’une période de temps libre. Ces frais ont pour but d’encourager le déplacement rapide des marchandises et de compenser l’utilisation de l’équipement et de l’espace.

Comment les surestaries et la détention sont-elles réglementées ?

La Federal Maritime Commission (FMC) est l’agence fédérale indépendante chargée de réglementer le système de transport maritime international des États-Unis. Dans le cadre de ses fonctions, le CGF surveille les pratiques des transporteurs publics exploitant des navires, des transporteurs publics n’exploitant pas de navires et des OTM en ce qui concerne les frais de surestaries et de détention. La CFM a récemment adopté une règle d’interprétation définitive pour fournir des indications sur le caractère raisonnable des frais des transporteurs et des terminaux.

Qu’est-ce que l’OSRA ?

L’Ocean Shipping Reform Act of 2022 (OSRA) est une législation historique qui vise à relever les défis et les inefficacités du système de transport maritime aux États-Unis, en particulier à la suite de la pandémie de COVID-19. L’un des aspects clés de l’OSRA est la réforme des pratiques de surestaries et de détention. La règle stipule que les frais peuvent être jugés déraisonnables à moins qu’ils ne servent leur objectif principal d’encourager la fluidité du fret. La règle énumère également les facteurs que la CGF peut prendre en considération lors de l’évaluation des plaintes ou des différends concernant les surestaries et les frais de détention.

L’OSRA vise à améliorer l’équité et la transparence des pratiques en matière de surestaries et de détention en établissant plusieurs dispositions, telles que :

  • Exiger des transporteurs maritimes et des exploitants de terminaux qu’ils fournissent des renseignements clairs et accessibles sur leurs politiques, leurs tarifs et leurs processus de règlement des différends en matière de surestaries et de détention.
  • Interdire aux transporteurs maritimes et aux exploitants de terminaux d’exiger des frais de surestaries et de détention lorsque le conteneur n’est pas disponible pour la cueillette ou la livraison, ou lorsque l’expéditeur, l’intermédiaire ou le camionneur n’est pas responsable du retard.
  • Obliger les transporteurs maritimes et les exploitants de terminaux à fournir un avis de disponibilité des conteneurs au moins 48 heures avant l’expiration du temps libre et à prolonger le temps libre de la même durée que le conteneur n’était pas disponible.
  • Habiliter la Federal Maritime Commission à enquêter sur les violations des règles de surestaries et de détention, et à imposer des sanctions civiles pouvant aller jusqu’à 25 000 $ par violation et par jour.
  • Créer un processus accéléré permettant aux expéditeurs, aux intermédiaires et aux camionneurs de déposer des plaintes et d’obtenir un allègement des frais de surestaries et de détention déraisonnables ou illégaux.

On s’attend à ce que l’OSRA ait des répercussions importantes sur le système de transport maritime et la chaîne d’approvisionnement aux États-Unis. En réformant les pratiques de surestaries et de détention, l’OSRA vise à réduire les coûts, à améliorer l’efficacité, à accroître la concurrence et à promouvoir l’équité pour tous les intervenants du transport maritime.

0 Commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment les données de vos commentaires sont traitées.

Dernières nouvelles :

Vous pouvez également aimer :